L'insurrection contre le coup d'état du 2 décembre 1851

 

Élu président de la seconde République en 1848 pour 4 ans selon la Constitution, Louis Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon 1er, fomente un coup d’État le 2 décembre 1851 afin de rester au pouvoir et devenir empereur.
Les Républicains qui s’y attendent se mettent en résistance dans de nombreux départements, résistance écrasée immédiatement dans le sang à Paris.
Environ10 000  Bas-Alpins opposés au coup d’État marcheront de nuit comme de jour sur Digne, la préfecture, dont ils s’empareront. Avertis de l’arrivée de l’armée, nombre d’entre eux la rejoindront alors aux Mées et la feront reculer. Ils apprendront cependant que le soulèvement est contenu dans  les autres départements. Inutile donc de livrer bataille.
Ce mouvement sera très sévèrement réprimé : mises sous surveillance, emprisonnements, conseils de guerre, exécutions, déportations, bagne, exils (ex:20 ans pour V. Hugo).
À L’Escale, une plaque commémorative aux noms des Républicains escalais arrêtés (2669 arrestations dans le département), est apposée rue du professeur Arnaud, sur le fronton de l’ancienne Mairie, aujourd’hui école du village. Au hameau des Cléments se trouve la Traverse des Insurgés de 1851.
Pour plus de renseignements : www.1851.fr